Leeaarn, l’apprentissage entre particuliers

Leeaarn est une plateforme collaborative qui met en relation des personnes ayant des connaissances et qui souhaitent les partager avec des particuliers. La startup a pour vocation de « transformer chaque coin de rue en université ».

logo leeaarn

Le concept

Inspiré de Skillshare, la marketplace américaine, la société connecte des spécialistes d’un secteur (appelés mentors) et des élèves potentiels pour une leçon en présentiel. Elle organise ainsi des cours du soir, dispensés par des professionnels de différents secteurs : entrepreneurs, consultants, investisseurs, journalistes, designers, développeurs … L’entreprise se définit comme une « université collaborative des entrepreneurs », dont l’objectif est la démocratisation des compétences et l’accès au savoir.

Les co-fondateurs ont créé Leeaarn dans l’objectif de répondre au problème d’accès à la formation chez les personnes ayant une activité professionnelle. En effet, ils ont constaté que les formations traditionnelles ne permettaient pas de continuer à apprendre tout en travaillant, du fait de leur prix et car elles ne correspondent pas aux emplois du temps des salariés. Ils se sont alors appuyés sur les nouvelles technologies pour offrir une nouvelle méthode d’apprentissage. Leur objectif est ainsi de « recréer du lien social tout en offrant un apprentissage personnalisé, flexible et adapté, en connectant ceux qui savent et ceux qui veulent apprendre » explique Antoine Amiel, co-fondateur de la startup. « Nous voulions toujours apprendre de nouvelles choses , sans forcément pouvoir trouver la bonne personne et le temps. 
C’est quand nous nous sommes aperçus que nos voisins ou nos amis avaient la réponse à nos questions mais que nous ne le savions pas, que nous avons décidé de monter Leeaarn ».

Tout le monde peut proposer sa classe sur le site. Il suffit de choisir le thème du cours, de décrire son contenu avant de soumettre l’idée à l’équipe de Leeaarn, qui la valide ou non. N’importe qui peut également acheter un ticket pour assister à la classe.
« Nous avons tous des connaissances ou des passions dont nous ne nous servons parfois que quelques minutes par mois ou par an. Mais, que ce soit la manière d’utiliser le logiciel de retouche Photoshop ou celle de faire de la broderie, il y a forcément quelqu’un dans votre entourage avec qui vous pourriez les partager », explique Hubert Boissi, également co-fondateur.

La société participe ensuite à la préparation du cours, à sa promotion, et à la recherche du lieu dans lequel il sera donné (locaux de startups, bars à vins, bibliothèques, ou encore galeries d’arts par exemple).

Les thématiques des classes se veulent d’abord techniques mais s’étendent également aux loisirs. Ainsi, elles sont assez variées et peuvent avoir pour sujet aussi bien le montage vidéo, la maîtrise d’Excel , l’écriture et la publication d’un livre, que la décoration ou les cupcakes.
Plusieurs personnalités du Web, comme Gilles Babinet (multi-entrepreneur et Digital Champion), Jonathan Benhamou (PDG de Novapost), Marie-Christine Levet (Jaina Capital) , Marc Fournier (Serena Capital) ou Roxanne Varza (Microsoft) ont déjà participé au projet.

Les classes durent 1h30 à 2H, mais peuvent s’attarder en fonction du nombre de questions et d’échanges entre l’assistance et l’intervenant.

Au cours de la première année, les cours organisés par la plateforme ont rassemblés plus de 1000 personnes. L’objectif de Leeaarn en 2013 est de recruter davantage de professeurs et de séduire toujours plus d’élèves. La société souhaite également développer des offres de cours plus complètes et sur-mesure à l’attention des startups.

L’équipe

La société, lancée le 14 Mai 2012, a été fondée par quatre amis : Julien Combeau, Hubert Boissi, Antoine Amiel, Jérémy Lecerf.
Tous sont sortis de grandes écoles : HEC-PARIS pour Antoine Amiel, EPITECH pour Jérémy Lecerf, EM Grenoble puis Sciences Po Paris pour Hubert Boissi, et ESCP Europe pour Julien Combeau.

Le business model

Comme dans tous les modèles CtoC, Leeaarn touche une commission sur chaque produit acheté. Celle-ci est de l’ordre de 30%.
Ce sont les enseignants, rémunérés une fois le cours donné, qui fixent eux-mêmes le montant des cours, qui coutent généralement entre 30 et 40 euros.
La startup ponctionne également une commission sur les frais d’aide à la promotion et à l’organisation (communication, marketing, évènementiel).

Les clients/utilisateurs

La startup n’a pas de cœur de cible particulier. Elle s’adresse à tous : étudiants, actifs, retraités, professionnels ou simples curieux.
Cependant, son contenu a avant tout l’objectif d’aider l’apprenant dans sa vie professionnelle : « Bien sûr que l’on veut s’adresser à la personne retraitée qui rêve de se replonger dans la philosophie. Mais on veut aussi aider chacun dans sa vie professionnelle. Nous estimons que le diplôme ne suffit plus parce que les métiers évoluent en permanence, avec de nouveaux outils qui naissent en continu. Il n’y a qu’en collaborant et en échangeant que l’on peut rester à la pointe », précise Julien Combeau.

 Plus d’informations : http://www.leeaarn.com/