La Khan Academy en VF, ça avance

L’association Bibliothèques Sans Frontières et la Fondation Orange se sont associés pour traduire une partie des vidéos de la Khan Academy dans le cadre  d’un projet d’éducation en Afrique francophone.

Bibliothèques sans frontières Khan Academy

 

Grâce à internet, les technologies de l’éducation donnent la possibilité à des millions de personnes d’avoir accès à une éducation de qualité, et dans certains cas gratuitement. Mais la plupart des initiatives de grande ampleur sont anglophones. De ce fait, les personnes ne parlant pas l’anglais sont écartées, notamment en Afrique, où des dizaines de millions de personnes sont francophones et ne connaissent pas d’autres langues étrangères.  C’est de ce constat qu’est né le projet de traduction des vidéos de la Khan Academy.

L’association Bibliothèques Sans Frontières a répondu à un appel à projet numérique de la Fondation Orange au deuxième semestre 2012 en proposant de traduire en français une partie des vidéos de la Khan Academy. Tout cela pour donner la possibilité aux enfants d’Afrique francophone de recevoir une éducation de base. « Education numérique en bibliothèque » a donc été retenu par la Fondation Orange, qui n’a pas souhaité communiquer la somme allouée au projet.

 

Expérience pilote au Cameroun et en Côte d’Ivoire

 

Le processus a alors pu se mettre en marche. Depuis le mois d’avril, une équipe de 5 traducteurs, coordonnées par 2 chefs de projets dépendant de Bibliothèques Sans Frontières est mobilisée. Ce sont uniquement des vidéos portant sur les mathématiques qui sont traduites. La phase 1 prévoit de traduire 300 vidéos. Elle se terminera au mois de septembre 2013. Puis la phase 2 consistera à traduire 500 vidéos supplémentaire et se terminera en décembre 2013. Un test a déjà eu lieu au Cameroun, où 22 élèves de CM1 et de CM2 en difficulté se sont prêtés au jeu. Avant de visionner la mini-leçon vidéo, un exercice de maths leur avait été donné. 100% de ceux qui ont échoué ont réussis après avoir assisté au cours vidéo.

A terme, ce seront 350 enfants à Yaoundé au Cameroun et 350 enfants à Abidjan en Côte-d’Ivoire qui bénéficieront de ces cours vidéos, assistés par un tuteur. Ils pourront visionner ces leçons dans des bibliothèques de quartiers populaires situées à proximités de nombreux établissements scolaires. Comparé au nombre d’enfants en difficultés dans ces régions, ce sont très peu d’élèves qui bénéficieront de cette initiative, mais elle est conçue comme une expérience pilote. Ce n’est que la première partie de ce grand projet, qui vise à s’étendre à la totalité de l’Afrique francophone. Pour le moment, une expérimentation est en cours dans d’autres pays pour poursuivre le projet en 2014. Une plateforme « hors-ligne » est également prévue. Elle sera à destination des zones ne disposant pas de connexions internet, fréquentes en Afrique.

Toutes ces vidéos traduites seront évidemment accessibles à toutes les populations francophones, à l’instar des vidéos présentes sur le site de la Khan Academy. Un portail français est déjà en ligne, avec une centaine de vidéos traduites en français.

 

 

La Khan Academy en bref

 

Fondée en 2006 par Salman Khan, ce site internet donne accès à plus de 4400 vidéos éducatives sur de nombreux thèmes : mathématiques, sciences, sciences humaines, économie, histoire. Le but du créateur était de permettre au monde entier d’avoir accès à l’éducation gratuitement. Et la recette a bien fonctionné.  Ce projet, familial au départ puis mondial à l’arrivée, a déjà séduit plus de 15 millions de personnes. Les vidéos présentent sur le site durent une dizaine de minutes.